introduction

Extraits du livre de Jean du CHAZAUD : Ces glandes qui nous gouvernent

 

Le Docteur Jean Gautier(1891-1968) est à l’origine de cette science : l’endocrino-psychologie qui relie le psychique et le physique. Les glandes endocrines sont le lien entre l’énergétique et le physique, on les considère comme les centres de commande de tout le physique.

Le Docteur Gautier souffrait d’hypothyroïdie, sa scolarité fut médiocre, au cours de sa croissance, il prit un aspect mongoloïde, ce qui lui permit de réussir ses études fut une énorme volonté.

Il déduit que les hormones étaient des substances très puissantes. Le cerveau  a été considéré comme le centre vital, l’organe noble. Alors que ce sont les glandes endocrines qui régissent tout dans le corps. La vie de l’embryon humain est impossible sans la sécrétion de l’hypophyse maternelle(Sans hypophyse,  pas de croissance).

Sans thyroïde, aucune activité intellectuelle, aucun besoin ni envie…une greffe de thyroïde rétablit tout cela(voir l’homme plante de Roesch)

Il détermina les 4 glandes endocrines principales.

Les glandes ont des propriétés antagonistes : la thyroïde active l’oxydation cellulaire, l’hypophyse la ralentit ; la thyroïde augmente la chaleur animale, la surrénale l’abaisse ; la thyroïde est vasodilatatrice, la surrénale vasoconstriction ; la thyroïde provoque tachycardie, l’hypophyse ralentit le cœur ; la thyroïde provoque hypotension, la surrénale l’hypertension ; la thyroïde nous rend sensible,la surrénale insensible ; la thyroïde donne l’émotivité, l’hypophyse le sang-froid moral. Les glandes fonctionnent sur le principe de l’équilibre.

Pour rétablir cet équilibre le Dr Gautier pensa aux inventions de d’Arsonval et ses champs électromagnétiques de hautes fréquences qui lui permirent de se régénérer. Il récupéra des capacités intellectuelles qu’il n’avait jamais connu.

 

 

On reste sur l’idée que le cerveau contient tous les secrets fonctionnels, mais il ne contient que ce qui s’est impressionné en lui au cours de sa croissance.

Le Dr Gautier a remis en cause le dogme de la prédominance nerveuse. Le système nerveux central est un système enregistreur et de mémorisation.

Les organes des sens captent les éléments sensitifs mais les hormones thyroïdiennes sont indispensables pour enregistrer.

Un défaut d’hormones thyroïdiennes ou sexuelles compromet gravement la formation du système nerveux central. Les hormones agissent sur les structures régulatrices de l’électricité cérébrales.

Il apparaît que l’hyperthyroïdie entraîne l’accélération du rythme alpha qui est le rythme habituel de veille. La thyroïde est indispensable à l’acquisition de toute information sensorielle enregistrée en mémoire.

Le cerveau ne détermine ni ne dirige le comportement.

Un homme thyroïdectomisé sans hormone de substitution, perd peu à peu tous ses automatismes de vie de relation.

La thyroide nous permet d’enregistrer le langage et de rendre réceptif le cerveau en vue de toute adaptation. La surrénale enregistre le fonctionnement du tonus musculaire, sensibilise l’oreille à la valeur des bruits et des musiques  fortes. L’hypophyse contribue à l’enregistrement des données comparatives et procure à l’esprit les aptitudes au calcul. La génitale contribue à enregistrer les données morales et tout ce qui a trait aux tendances altruistes.

Grâce aux glandes le cerveau enregistre, au cours de l’enfance, toutes les données sont captées par les organes des sens.

Certaines lésions cérébrales ne sont pas invalidantes : récupération du langage chez les aphasiques.