Equilibre acido-basique

BIOELECTRONIQUE ET EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

L’alimentation (et principalement les protéines comportant des acides aminés soufrés AA-S) et le fonctionnement cellulaire (production de CO2) aboutissent à une production nette d’acides sous forme d’H+.
Pour Claude Bernard, le milieu intérieur dans lequel vivent les cellules , doit rester stable dans sa composition physico-chimique (taux de glucose, température, pH etc.) pour assurer les conditions d'une vie libre et indépendante. Ainsi, les êtres vivants , condamnés à un environnement hostile, recréent-ils à l'intérieur de leur organisme des conditions favorables à la vie des cellules qui les composent et peuvent ainsi survivre. Cette notion sera développée à la fin du XIXème par un physiologiste américain, Walter Cannon, qui forgera le terme d'homéostasie pour qualifier ce concept. (Source : site de Didier Pol)

AA-S + H2O --> H2SO4 (acide sulfurique) --> 2 H+ + SO4(2-)
CO2 + H2O --> H2CO3 (acide carbonique) --> H+ + HCO3(-)
Pourtant, pour un sujet normal, le pH artériel est maintenu dans d’étroites limites : 7, 40 ± 0, 02.

Comment se passe cette régulation ?

2) Les systèmes tampons
Un tampon est un système chimique qui peut recevoir de l’acidité ou de l’alcalinité sans changer son pH de manière sensible. Pour que la production d’acide n’affecte pas le pH des différents compartiments , le corps fait appel à ce qu’on appelle des systèmes tampons.
Ces tampons permettent d’absorber ou de neutraliser une partie de l’acidité et de l’acheminer vers un émonctoire en vue de son élimination.
Dans l’organisme les tampons se déclinent en 3 grandes catégories :

Tampons Intracellulaires :
– protéines (en particulier l’hémoglobine dans les hématies),
– phosphates


Tampons Extracellulaire : v – protéines (en particulier l’albumine dans le sang),
– bicarbonates
– Le mésenchyme : Ou liquides extracellulaires non circulants. C’est la structure tissulaire liquide baignant les organes nobles. Il permet la bonne respiration cellulaire, l’alimentation et l’hydratation des tissus nobles , l’élimination des déchets du métabolisme cellulaire. Le mésenchyme est donc le plus important système tampon de l'organisme. Sa structure particulière lui permet de se comporter comme une sorte d'éponge métabolique qui entrepose les déchets métaboliques acides que le REIN et le POUMON n'ont pas pu éliminer lorsqu'ils sont dépassés dans leur capacité fonctionnelle. Or c'est surtout pendant la journée que la surcharge d'acidité est importante. Elle résulte de l'apport alimentaire et de l'activité physique. Pendant la nuit, ces deux sources productrices d'acide cessent. Et c'est pendant le sommeil que le mésenchyme remet en circulation l'excès de déchets métaboliques acides qu'il a stocké pendant la journée.

Tampons Osseux (carbonates et phosphates de calcium)



schema_eab.jpg
Schéma général de la gestion de l’acidité

3) L’acidose.

Lorsque le corps a atteint les limites des premiers tampons , et que le mésenchyme est en permanence sollicité, c’est-à-dire qu’il stocke une grande quantité d’acidité, que la nuit ne suffit plus à éliminer, il y a alors acidose. Le corps s’arrange alors pour neutraliser l’acidité excédentaire par le système tampon des os , en extrayant de ceux-ci les sels minéraux nécessaire à la neutralisation des excès d’acide. L’acidose, dans ce cas agit donc négativement sur le métabolisme du calcium et la santé osseuse.
4) Les symptômes de l’acidose.
Bien que très nombreux, on peut tout de même dresser une liste des plus importants symptômes.

· fatigabilité surtout matinale

· perturbations du sommeil entre 1h et 3h

· régurgitation et pyrosis

· perturbation de l'appétit et boulimie

· constipation

· migraines fréquentes

· peau grasse (surtout au visage)

· langue chargée sur sa partie postérieure

· mauvaise haleine matinale

· amygdales hypertrophiées chez les enfants

· mains moites et froides due à une sympathicotonie

· transpiration abondante des pieds

· tendance à la transpiration (sueurs froides)

· fragilité et moindre résistance au froid

· tendance à s'enrhumer facilement

· douleurs musculaires , muscles de la nuque et des épaules durs et douloureux

· bronchite chronique avec formation de mucus

· leucorrhées (pertes blanches)

· manque d'entrain, amertume pour le travail

D'une manière générale, toute maladie chronique s'accompagne d'un état d'acidose tissulaire. Mais certaines pathologies sont d'un type plus 'acide'.
Ce sont:

- les rhumatismes

- le diabète

- les affections rénales et vésicales

- la maladie de Basedow (hyperfonctionnement de la glande thyroïde)

- les maladies cancéreuses en général

La médecine officielle traite en général ses clients pour des symptômes qui ont pour origine un déplacement du terrain. En naturopathie ou en médecine naturelle les praticiens équilibrent le terrain avant toute chose.

traitement du terrain acide: multiminéral anti-acideen savoir plus>>


a. Eau libre, eau liée
Nous parlons d’acidose et nous avons vu quelques uns de ses symptômes. Mais n’y-t-il pas une contradiction avec la bioélectronique Vincent ? En effet les symptômes décrits précédemment, ressemblent étrangement à la zone alcaline et oxydée du bioélectronigramme.

Alors ? Acidose ou alcalose ? Là, il faut noter un point important. La description en terme d’acidose, largement employée par l’école des naturopathes et l’école Kousmine, fait référence à l’eau liée, c’est-à-dire intracellulaire. Alors que la bioélectronique Vincent fait référence en permanence à l’eau libre, l’eau circulante, que sont sang, salive et urine.

Bioélectronique Vincent Naturopathie/Kousmine
EAU LIBRE EAU LIEE
Alcalose sanguine Acidose tissulaire



En fait il est reconnu qu’un sang qui tend vers l’alcalin donne des tissus acides (expérience quotidienne des médecins qui mesurent les paramètres BEV du sang de leur patient). Le cancer par exemple, est une maladie dans laquelle les cellules sont très acides , chargées d’acide lactique, alors que le sang correspondant est alcalin. De nombreuses mesures en cabinet médical attestent ce fait.

L’INSERM de Lille ainsi que l’UFR de Pharmacie de Montpellier, ont réussi, par une méthode de fluorescence à mesurer le pH intracellulaire d’une cellule cancéreuse. Le pH est de 6.2, alors que le pH d'une cellule saine est de 7.05

1196970509.jpg


La cellule, après de nombreuses attaques radicalaires sur sa membrane, (attaque des phospholipides membranaires par les radicaux libres) perd ses capacités à échanger avec le milieu extérieur et c’est en fait la respiration cellulaire qui est compromise. Les déchets , en particulier l’acide lactique produit par le métabolisme, ne s’éliminent plus. La cellule devient acide. Cet état cellulaire est la porte ouverte aux maladies de dégénérescence. Il faut noter un point important : La genèse de l’acidité cellulaire comprend une phase de peroxydation des lipides membranaires. L’équilibre acido-basique est donc intimement lié à l’état d’oxydoréduction du corps dans son ensemble. (Importance de la mesure du rH2). On voit, une fois de plus la pertinence du bioélectronigramme de Vincent.

5) L'alimentation

L'alimentation, nous l'avons vu plus haut, est une source importante d'acidité pour le corps. Parmi tous les aliments que nous mangeons , les protéines vont s'avérer particulièrement acidifiantes , quelqu'en soit l'origine, végétale ou animale.
Le soufre contenu dans les acides aminées qui forment les protéines , va, d'une part être utilisé par le corps , et d'autre part être relargué sous forme d'acide sulfurique (éxcédent de la ration alimentaire + métabolisme).
Un autre élément va générer de l'acidité dans le corps , c'est le phosphore. Tous système vivant contient des acides nucléiques , que nous absorbons dans notre alimentation. Ceux-ci, sont riches en phosphore. Comme pour le soufre, une partie sera éliminée sous forme d'acide phosphorique (Excédent de la ration alimentaire + métabolisme).
Une autre partie de notre alimentation, fruits et légumes , sera alacalinisante.
On peut retrouver cette notion d'acidifiant ou d'alcalinisant, synthétisée par l'indice PRAL (Potential Renal Acid Load). Cet indice indique la charge acide rénale potentielle d’un aliment. Si l'aliment est alcalinisant, l'indice sera négatif. Au contraire les produits acidifiants auront un indice PRAL positif. On peut retrouver des listes d'aliments classés selon leur indice PRAL dans beaucoup de tableau sur Internet. Il est conseillé de s'inspirer de ce genre de tableaux lorsque notre terrain bascule vers l'acidose, c'est-à-dire, d'un point de vue bioélectronique, vers des valeurs sanguines alcalines.
Pour finir, il ne faut pas confondre 'alimentation acide' et 'alimentation acidifiante'. Elle n'ont pas du tout le même effet sur le corps. L'alimentation acide, quand il s'agit d'acides organiques , de type citrique, malique, se transforme dans l'estomac, sous l'effet de l'acide chlorhydrique*, en hydrogénocarbonates (bicarbonate) qui sont des ions qui participent aux systèmes tampons. Ces ions hydrogénocarbonates sont des ions amphotères , c'est-à-dire qu'ils agissent comme une base devant un acide et comme un acide devant une base.
* (acide fort, il faut se rappeler que le milieu de l'estomac a un pH de l'ordre 1 à 3 en période de digestion)
Dans le milieu stomacal, ils deviennent bien sûr alcalinisant. C'est pour ça que l'on a l'habitude de dire que le citron, par exemple, est alcalinisant, bien qu'acide. Dans la classification suivant l'indice PRAL, tous les fruits acides ont un indice négatif.